Ce week-end, Cinémacam était de sortie!20170128_134208

L’atelier a passé le week-end à Angers au festival Premiers Plans, un des plus grand festival de cinéma en France après Cannes! Au programme: rencontres, débats… et bien sûr des films!

Mais la sortie, pour les jeunes – et moins jeunes – de l’atelier, c’est aussi l’occasion d’une sympathique virée le temps d’un un week-end ! La douceur Angévine ce n’est pas qu’une légende: on quitte le Vexin dans un froid glacial, et on arrive à Angers sous un beau soleil et une fort agréable température. Du coup entre deux films on passe du temps sur une terrasse d’un café, on se balade dans les rues, on fait quelques magasins…

On prend nos repas dans des boui-boui pas chers et on on se fait héberger chez l’habitant! Chez mes parents pour être exact, qui vivent presque au centre-ville et ont gentiment accueilli toute la smala, petit-déjeuner royal compris. Un grand merci à eux! 🙂

Rencontre avec Lambert Wilson

Au programme du festival nous avons d’abord eu droit à une rencontre avec Lambert Wilson! Président de cette 29ième édition du festival Premiers Plans, il venait passer une heure et demi avec son public pour répondre aux questions de l’auditoire.

Du coup, on ne s’est pas gêné pour lui a demander ce qu’il conseillait à un jeune adolescent, comme certains à Cinémacam, qui rêve de se lancer dans une carrière d’acteur – lui qui dès 13 ans avait décidé de faire ce métier! Sa réponse fut à la fois encourageante, et très honnête. C’est un métier très difficile, plein d’illusion. Si on se pose la question « suis-je fait pour ça » alors c’est signe  qu’il ne faut pas y aller… Mais si cette question ne se pose même pas, alors là il faut foncer!

20170128_103753

Il a ajouté qu’il faut alors bien savoir ce que l’on veut, quel domaine nous attire, et surtout avec qui on veut travailler – quel réalisateur, quel producteur… Car le cinéma est avant tout une affaire de personnes! Une fois qu’on sait qui on veut alors il ne faut pas hésiter: tout faire pour « se mettre en travers de sa route » – lui écrire, essayer de le voir, de se faire remarquer d’une manière ou d’une autre. Ça ne marchera peut être pas, ou pas tout de suite, mais au moins on s’épargnera le regret de n’avoir rien essayé!

Ni une ni deux, on l’a pris au mot! On y a été « au culot » et on lui a proposé de parrainer notre festival Tout Court ! de Gisors. Bon certes, on l’a un peu pris au piège, devant tout le monde – il n’a vraiment pu dire non.  On s’en excuse! Mais quoi, il nous avait bien conseillé de « nous mettre en travers de la route« , non? 😉

Le festival a enregistré cette rencontre, qui peut être réécoutée ici:

Nous, on parle à 13:20 exactement 🙂

Bien sûr, son « Vous pensez que je devrais les parrainer? » dirigé au public dans le cadre d’un quasi-show pour faire plaisir à la foule ne l’engageait à rien du tout, on n’est pas naïf non plus 🙂 Après la séance, alors que la foule se pressait autour de lui pour avoir qui un autographe, qui un selfie, nous avons quand même pu lui glisser un papier avec l’adresse du site du festival et nos coordonnées, qu’il a bien voulu prendre. Alors allez savoir… peut-être, « sur un malentendu » comme on dit? On verra bien!

En tout cas les jeunes ne se sont pas privés d’une jolie photo avec l’acteur! 🙂

20170128_121514.jpg

Des courts et des longs, du neuf et du classique!

Le festival Premiers Plan a une programmation titanesque: des dizaines de films, courts et longs métrages, en compétition ou en rétrospective!

20170128_193020.jpg

Nous avons d’abord été voir quelques courts-métrages « Plans suivants », c’est à dire des œuvres de réalisateurs qui étaient déjà venus montrer leur premier film à une édition précédente du festival. Certains, comme une histoire de chasse qui ne se passe pas vraiment comme prévu (« Fox terrier » de Hubert Charuel) ou des amours compliquées mais hilarantes d’adolescents de banlieues (« Goût bacon » de Emma Benestan) ont fait l’unanimité – d’autres moins.

Goût bacon, extrait
« Goût bacon » de Emma Benestan

Nous avons ensuite été voir deux long métrages en rétrospective, de la part de deux très grandes figures du cinéma: « Habemus Papam » de Nani Moretti, qui a suscité des réactions mitigées, et le difficile mais nécessaire « Amen » de Costa-Gravas qui a fait l’unanimité malgré un style de cinéma plus vraiment à la mode d’aujourd’hui.

19706160

Des films primés

Le lendemain, après une nuit où les jeunes de l’atelier, trop heureux de se retrouver ensemble, n’ont pas beaucoup dormi, nous avons vu les films primés la veille lors la cérémonie de clôture (à laquelle nous n’avons malheureusement pas pu assister, plus de place!) qui étaient projetés dans l’immense salle du Palais des Congrès, pleine à craquer!

CDA-00107.png

Le matin des court-métrages dont deux surtout ont emporté notre adhésion: le grand prix du Jury et un prix d’interprétation pour « Chasse Royale » de Lisa Akoka et Romane Guéret, l’histoire d’une jeune fille de milieu très défavorisé qui est repéré pour un casting, tourné tout en nervosité, punch et exacerbation; et « Cieplo-zimno » film Polonais de Marta Prus, un très impressionnant plan-séquence de 35 minutes tourné avec le ton et la nervosité d’un film à suspens, sans aucune longueur et une caméra qui suit pourtant son personnage sur des kilomètres de trajet à pied et en voiture à travers la ville, passant d’un quartier à un autre, d’un logement à un autre!

affiche-ulule-jpeg-dhzvxvissi2l

Enfin, l’après-midi, nous avons terminé en beauté avec le long métrage qui, cette année, à raflé à la fois le prix du Jury et celui du public. Heartstone, un film islandais de Gudmundur Arnar Gudmundsson tourné dans des paysages magnifiques, l’histoire d’un jeune ado découvrant la vie, l’amour – mais aussi la violence et la difficulté d’être différent dans un milieu pauvre et rural. Un très beau film (bien qu’un peu long) qui a fait l’unanimité parmi nous tous, jeunes comme moins jeunes!

7-5861-poster

Bref, une belle sortie! A la fois instructive, amusante et fort sympathique. On remet ça l’an prochain!

Publicités