L’actualité pour Cinémacam n’a jamais été aussi riche et foisonnante que ces dernières semaines! 🙂 Du coup je vous fait un petit sommaire de l’article. Cliquez pour aller directement aux différentes sections!

Mais d’abord, un petit rappel: la projection de notre film des 48h c’est vendredi 20h au cinéma Grand Action à Paris, tarif unique 5 euros. Venez nombreux voir et soutenir notre film! 🙂

Sommaire:

1) Acte de naissance du Festival Tout Court de Gisors !

Notre festival porte désormais un nom: le Festival Tout Court de Gisors! Son cadrage artistique avance bien, les choix les plus importants ont été fait par les jeunes de la Direction Artistique.

2) « Les expressions », nouveau film de l’atelier Cinémacam

Film tourné l’an dernier (en années scolaires) pendant plusieurs permanences, avec dialogues improvisés par les acteurs. Avertissement: langage fleuri! 🙂

3) D’atelier et atelier: portraits vidéos et « found footage ».

Nos ateliers création ont repris avec plusieurs exercices en vidéo et des jeunes très inspirés!

4) Local, matériel… Ca évolue!

On a désormais les moyens techniques au local de consacrer des activités à du montage ou de la post-production.

5) On s’externalise!

Cinémacam a proposé des activités aux jeunes de la Communauté de Communes du Vexin Thelle (Semaine Tous Sains) et du Bureau Info-Jeunesse de Gisors.


1) Acte de naissance du Festival Tout Court de Gisors !

Notre festival porte désormais un nom: le Festival Tout Court de Gisors! 🙂 C’est ainsi que les jeunes de l’atelier Cinémacam, qui sont en charge de la Direction Artistique du festival, ont décidé de le baptiser.

Son cadrage artistique avance bien, les choix les plus importants ont été faits par les jeunes lors de plusieurs réunions de travail pendant les permanences du samedi, dont une avec une intervenante de Ciné-Jeunes de l’Aisne qui est venue leur expliquer ce qu’est un festival et quels choix ils auront à effectuer.

Les jeunes ont ainsi défini trois sélections pour le festival. (Une sélection est une liste de films qui seront choisis par les jeunes directeurs artistiques pour être montré au public du festival)

Il y a des contraintes communes aux trois sélections: films tout publics de fictions, en prises de vue réelles ou animation, d’une durée maximum de 15mn.

Sélection 1  ouverte aux films professionnels.

Compétition avec un jury professionnel et un prix du public, peut-être un jury jeunes (lycéen ou autres, à discuter avec la mairie, le BIJ et les établissements scolaires de Gisors)

Sélection 2 sous forme de concours ouvert aux films amateur et ateliers créés pour le festival.

Compétition avec un jury jeunes.

Des contraintes spécifiques au concours (un thème et deux éléments imposés) seront communiqués lors de l’appel à film.

Sélection 3 ouverte aux films amateur ou d’atelier en général, sans compétition.

Les prochaines étapes de la  Direction Artistique, avant la fin de l’année 2016, sont les suivantes:

  1. Création d’une identité visuelle (logo, affiches, etc…). Travail qui sera fait en partenariat avec un ou plusieurs graphistes/artistes (fin novembre/début décembre.)
  2. Recherche des futurs membres des jurys et d’un parrainage artistique (travail qui commence dès maintenant)
  3. Création de pages web et comptes sur les réseaux sociaux pour le festival Tout Court (courant décembre)
  4. Lancement de l’appel à film (deuxième moitié de décembre)

Deux sorties en festival sont dors et déjà prévues pour les jeunes de la DAF: une journée au Festival du Grain à Démoudre dans la deuxième moitié de novembre, et un week-end au festival Premiers Plans à Angers en janvier.

Bref, on n’a pas de quoi s’ennuyer 🙂

tous-les-logos-fond-blanc


2) « Les expressions », nouveau film de l’atelier Cinémacam.

Film tourné l’an passé (dans le sens: avant cet été) avec l’équipe d’alors, pendant plusieurs permanences de l’atelier. C’est une petite comédie à sketchs (dont une caméra cachée) inspirée par plusieurs expressions de la langue française. Les dialogues sont entièrement improvisés par les jeunes acteurs – du coup on vous averti: le langage est parfois, disons, un peu fleuri! 🙂

Pitch: Trois collégiens travaillent à un exposé. Mais l’un d’entre eux est un petit peu trop rêveur…

Interprétation

Le rêveur: Thomas François
Les deux mains gauches: Robinson Pamart
Le serveur de thé: Martin Paillasseur

Caméra cachée:
Un grand merci aux habitants de Montagny-en-Vexin qui se sont prêté au jeu et nous ont autorisé à utiliser leur image ou leur voix!

Fiche technique:

Scénario:
Thomas François, Robinson Pamart, Martin Paillasseur, Yvon Aubin, Raphaëlle Kerboeuf et LucaR

Equipe technique:
LucaR, Raphaëlle Kerboeuf, Christophe Deliancourt, Théo Deguffroy-Kerboeuf, Hugo Pauly, et les acteurs quand ils ne tournaient pas

Montage et post-prod:
LucaR

Réalisation:
LucaR et tout l’atelier Cinémacam!


3) D’atelier et atelier: portraits vidéos et « found footage ».

Cinémacam ce n’est pas qu’un festival, c’est aussi et surtout un atelier création! Nous avons récemment consacré deux permanences à des exercices créatifs sours formes avec contraintes (pour ceux qui connaissent l’OuLiPo/OuCiPo).

Portraits vidéos

Sujet: faites votre portrait vidéo.

Contraintes (toutes n’ont pas été respectées! :-)) :

  1. Aucune obligation!
  2. Vous avez le droit de mentir!
  3. Une vidéo par personne (modulo règle n°1)
  4. Travail d’équipe: vous vous aidez pour vos vidéos
  5. Vous n’êtes pas obligé d’apparaître dans votre vidéo
  6. Il n’y aura pas de montage donc Plan-séquence ou tourné-monté
  7. Durée d’une vidéo 30 secondes minimum – 2mn maximum
  8. lieux de tournage permis: tous lieux publics du village

Les jeunes se sont regroupés en deux équipes, les filles d’un côté et les garçons de l’autres… Communautarisme, quand tu nous tiens! On tâchera de veiller à plus de mixité dans nos équipes à l’avenir 🙂

Il s’est avéré une certaine homogénéité dans les vidéos des membres de chaque équipe, du coup contrairement à ce qui était annoncé à la règle n°6,  j’ai finalement réalisé deux montages afin de les regrouper.

Les filles ont choisi de s’inventer des personnages (règle n°2, on a le droit de mentir – bah oui, on est au cinéma quoi!) et un univers pour le moins… décalé, ou disons perché!  🙂

Les garçons, après quelques hésitations, ont finalement opté pour un récit de leur vie mêlant vérités et inventions, essentiellement sous forme de « Draw my life »:

Found Footage

Si vous ne savez pas ce qu’est un « Found Footage », cliquez ici.

Sujet/Contraintes (toutes n’ont pas été respectées! :-)):

Un garçon de votre âge a disparu! Prêt de la mairie on a retrouvé par terre une caméra qui lui appartient, éteinte. A côté, une raquette de tennis et un ou plusieurs autre(s) objet(s).

Les policier ont constaté que la caméra s’était éteinte toute seule, par manque de batterie. Il est donc probable que la caméra était en train de filmer quand elle a été déposé par terre. La (ou les) vidéo(s) montre(nt) donc peut-être l’explication de sa disparition!

Manque de pot, le policier chargé de porter la carte mémoire de la caméra au labo pour analyse est très maladroit… Il a laissé tomber la carte dans un égout et la voilà perdue à tout jamais!!

Pour éviter de recevoir un blâme il est venu voir discrètement la célèbre boîte de production Cinémacam: il voudrait qu’on tourne une vidéo qu’il portera au labo en leur faisant croire que ça vient de la caméra du disparu!

A vous de choisir le ou les objet(s) trouvé en plus de la raquette de tennis.

Et voici le résultat, très orienté Halloween – normal, on était à trois jours de cette fête 🙂


4) Local, matériel… Ça évolue!

Nous avons acheté un peu du matériel qui manquait pour compléter le studio de post-production au local: divers câbles, rallonges, multiprises parafoudre, casques audio, cartes USB3, lecteurs de cartes SD… Par ailleurs une ouverture de ligne internet est en cours.

Nous avons désormais 3 stations de post-production équipées et configurées, prêtes à l’emploi, et une quatrième suivra. J’ai par ailleurs installé chez moi sur une machine virtuelle (pour ceux qui connaissent la technique! :-)) le même système que sur les stations Cinémacam, ce qui me permettra de bien préparer les projets de montage préalablement aux activités.

Le montage et la post-production sont des activités qui se prêtent difficilement au travail en commun… Nous allons toutefois essayer de mettre ça en place, en tout cas pour ceux qui ont envie d’apprendre le montage!

La ligne internet servira avant tout pour récupérer les films du festival, mais aussi pour chercher des médias libres de droits (musiques, photos ou vidéos de stock, etc…) afin de compléter nos travaux de montage et post-production.


5) On s’externalise!

Cinémacam a proposé des activités aux jeunes de la Communauté de Communes du Vexin Thelle (Semaine Tous Sains) ainsi qu’à quelques jeunes du Bureau Info-Jeunesse de Gisors.

La Semaine Tous Sains est une grande opération annuelle organisée par la Communauté de Communes du Vexin-Thelle et le Centre Social Rural pour les jeunes de 10 à 14 ans. Pendant une semaine, des associations du territoire viennent proposer à 60 jeunes inscrits des activités sportives, culturelles ou artistiques sur une demi journée. Cette année Cinémacam y a participé pour la première fois.

toussains

Le défi était de taille: nous voulions faire réaliser un film, du scénario au tournage en passant par la mise en scène et la technique, aux jeunes eux-même. Des jeunes qui n’avaient jamais fait de cinéma et rarement de la vidéo… Ils étaient une trentaine et nous n’avions que 3h pour: 1) trouver une histoire 2) la mettre en scène 3) former une équipe technique 4) faire un tournage!

Ce défi, nous l’avons relevé! 🙂 Nous nous y sommes mis à 5: moi-même, deux jeunes de l’atelier, une adulte de l’atelier et une adulte venue pour aider. Plus deux animateurs de la ComCom qui suivent les jeunes de jour en jour.

Pour organiser l’activité nous nous sommes inspiré du principe de « Suédage » de films, inventé par le réalisateur Michel Gondry. Voici comment nous avons procédé: après un petit exercice rapide de cohésion, nous avons séparé les jeunes en 5 petits groupes: une équipe technique et de mise en scène et 4 équipes d’acteurs. Un thème général à été donné, inspiré du film Men-In-Black: la découverte par un nouveau venu du grand hall de la base secrète de Chaumont-en-Vexin, fourmillant d’extra-terrestres tous plus étranges les un que les autres!

Pendant 45mn les équipes d’acteurs, avec l’aide d’un adulte chacun, ont eu pour consigne d’inventer une petite scène rapide incluant une interaction décalée des extra-terrestres (qu’ils jouent) avec le protagoniste et son collègue plus ancien qui lui fait visiter la base. Ils devaient ensuite fouiller dans un bazar de déguisements et décors en tout genre, prêtés à l’atelier par des amis (un grand merci à eux!), pour habiller leurs personnages d’extra-terrestres. Dans le même temps, je donnais une formation rapide à l’équipe technique (caméra, perche, casque et enregistreur son, clap, comment tourner un plan, etc…)

Puis nous avons fait une répétition générale, chaque équipe d’acteur montrant à tous sa petite scène. Avec les jeunes scénaristes nous avons alors décidé d’un ordre et d’un espace où répartir les différentes groupes en fonction de leurs actions – nous avions l’espace d’un grand gymnase à notre disposition.

Après une petite pause, tournage! Nous avons d’abord été très ambitieux en tentant le plan séquence: toutes les scènes jouées d’une traite les unes après les autres! Les jeunes se sont bien débrouillés: seules trois prises ont été nécessaires! Puis nous avons tourné des plans rapproché équipe après équipe, scène après scène: des champs/contre-champs, des gros plans, etc…

Nous avions peu de temps: nous avons laissé passer beaucoup de choses qui ne seraient jamais passé sur un vrai tournage, évidemment… Tel que regards caméras, faux raccords, etc… Mais dans l’ensemble ça s’est très bien passé! Nous avons terminé le tournage par une scène de pagaille/combat, histoire que les enfants se défoulent un peu après avoir dû rester très silencieux quand les autres équipes jouaient devant les caméras! 🙂

Les jeunes ont semblé ravis de leur expérience! Comme quoi, faire faire un film à 30 enfants en à peine 3h… oui, c’est possible! 🙂

Voici le résultat après montage et post-production: assez délirant, très « Système D », bien dans l’esprit du « Suédage » cher à M. Gondry… et très amusant à tourner puis monter 🙂

Le soir même, malgré la fatigue… rebelote! 🙂

Cette fois ce sont des jeunes du Bureau Info-Jeunesse de Gisors qui sont venu voir le local et rencontrer quelques jeunes de Cinémacam. Pour l’occasion on leur a proposé une petite activité: pas de raison qu’ils ne fassent pas un film eux aussi, n’est-ce pas? Après-tout, on est là pour ça! 🙂

Bon ils n’avaient qu’une heure, ça a donc été une séquence très courte (et très Halloween là encore, à base de masque de clown tueur!) qu’ils ont imaginé et filmé eux-même, avec caméra et perche pour le son, en respectant un découpage classique: d’abord un plan général master, puis des plans rapprochés sur chaque personnage, et enfin quelques gros plans pour focaliser l’attention du spectateur. On a essayé de rendre ça autant instructif qu’amusant pour les jeunes du BIJ!

Je ne montre pas le résultat maintenant car je n’ai pas encore l’autorisation du BIJ, mais s’ils me la donne je viendrais ajouter la vidéo ici pour ceux que ça intéresse.

Publicités