Sartre disait que nous nous définissons en fonction de l’image qu’ont les autres de nous-même: nous sommes ce que nous faisons de ce que les autres attendent de nous (expression empruntée à Michel Onfray).

Inspiré par cette pensée mais aussi par cette belle planche du dessinateur Boulet, j’ai inventé un petit exercice d’écriture collective auquel nous avons joué lors de la dernière permanence Cinémacam, et qui a donné des résultats stupéfiants, bien au delà de ce que j’imaginais!

Je l’ai nommé « Personnages en creux ». En voici l’énoncé:


Personnages en creux

OuCiPo – Exercice d’écriture collective

Les participants sont assis autour d’une table. Chaque participant incarne un personnage qui va être définit progressivement. Quelques règles de base:

  • Le personnage d’un participant doit pouvoir être joué par celui-ci (cinéma, théâtre…) sans déguisement : il doit donc avoir la même apparence physique.
  • Tous les personnages ont en commun d’appartenir à un même ensemble, déterminé au début du jeu : par exemple une même famille.
  • Le personnage d’un participant n’est pas définit par lui-même mais par ses deux voisins, à tour de rôle.
  • Il faut toujours rester cohérent et vraisemblable.

A chaque étape, un participant définit une caractéristique du personnage d’un de ses deux voisins. Le voisin concerné note cette caractéristique sur sa feuille (ou bien il passe la feuille au participant qui écrira lui-même la caractéristique).

On alterne le voisin concerné à chaque étape : voisin de droite, puis voisin de gauche, puis de droite, etc… A chaque fin d’étape, les éléments sont lus à haute voix pour que tout le monde les connaisse. Les discussions entre tous pour enrichir/expliquer les personnages sont autorisées et même encouragées !

A la fin de l’exercice il convient d’en faire une synthèse pour dégager un univers ainsi créé.

Le déroulé comporte trois phases:

Phase A : caractères objectifs

Dans cette phase les étapes sont effectuées à voix haute, chacun à tour de rôle en choisissant un point de départ et en tournant tantôt à droite, tantôt à gauche.

Etape A.1 : au personnage de votre voisin de droite, donnez un prénom

Etape A.2 : au personnage de votre voisin de gauche, donnez la relation objective qui le lie au votre (par exemple cousin, oncle, frère, etc..)

Etape A.3 : à droite, donnez un métier

Etape A.4 : à gauche, donnez des loisirs

Etape A.5 : à droite, donnez un statut marital

(…. A chaque partie, on peut ajouter des étapes …)

Phase B : caractères subjectifs

Dans cette phase, à chaque étape on laisse quelques minutes aux participants trouver les éléments et les écrire, puis on fait un tour de table où chacun lit à voix haute ce qu’il a écrit.

Etape B.1 : dites pourquoi votre personnage éprouve des sentiments positifs envers le personnage de votre voisin de gauche.

Etape B.2 : dites pourquoi votre personnage éprouve des sentiments négatifs envers le personnage de votre voisin de droite.

Phase C : écriture

Dans cette phase, à chaque étape on laisse quelques minutes aux participants trouver les éléments et les écrire, puis on fait un tour de table où chacun lit à voix haute ce qu’il a écrit.

Etape C.1 : racontez une anecdote s’étant déroulée entre votre personnage et celui de votre voisin de gauche, et qui explique les sentiments positifs envers lui.

Etape C.2 : racontez une anecdote s’étant déroulée entre votre personnage et celui de votre voisin de droite, et qui explique les sentiments négatifs envers lui.

Fin de l’exercice, mais rien n’empêche d’imaginer d’autres phases!

Variante de l’exercice : jeu à l’aveugle.

On déroule les mêmes étapes mais sans aucune concertation entre les participants qui écrivent les éléments au fur et à mesure sans les dévoiler, puis on fait un tour de table pour tout dévoiler d’un coup. On effectue alors un travail collectif pour retoucher et corriger les éléments afin d’arriver, au final, à la cohérence et la vraisemblance pour chaque personnage, chaque relation entre personnages, ainsi que pour l’ensemble.


Synthèse de l’exercice joué en permanence Cinémacam le 17/10/2015

Nous avons joué cet exercice en permanence Cinémacam le 17/10/2015. Nous avons pris comme ensemble de base un lien familial élargi (par exemple, des cousins éloignés ça passe) entre tous les personnages.

Voici la disposition des personnages autour de la table :

trtt

A noter que ce jour-là, premier jour de vacances, il n’y avait que 4 membres de Cinémacam présents, et uniquement des garçons. J’ai joué moi-même pour construire un 5ième personnage.

Vous trouverez à la fin de ce document PDF téléchargeable les fiches des personnages avec les informations brutes telles qu’elles ont été imaginées par les participants.

Voici une synthèse de l’exercice, qui a permis l’émergence d’une famille de personnages étonnement riche, complexe, loin d’être manichéenne, ce qui lui confère un énorme potentiel pour de futures histoires ou scénarios !

Ce qui est surprenant est que la plupart des informations données par un participant sur le personnage d’un voisin en dit souvent encore plus long sur son personnage propre, que sur celui du voisin ! Ainsi les personnages sont vraiment définis en creux.

Un rappel important: nous avons ici définit des personnages et des situations entièrement fictives. Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite! Les situations et personnages ainsi définis sont tantôt sombres et négatifs, tantôt solaires et positifs, mais le plus souvent les deux à la fois dans une certaine complexité – c’est ce qui leur donne une certaine épaisseur.

Synthèse :

La famille qui se dégage de l’exercice est une grande et vieille famille globalement catholique et traditionnelle, avec peut-être des origines aristocrates mais qui se sont perdues. Elle a les qualités et les tares inhérentes à ce genre de famille, toujours aux extrêmes, avec des personnages hauts en couleur et caricaturaux. Grandeur et décadence !

Ce n’est pas une famille riche hormis quelques exceptions, mais certaines de ses branches ou cellules familiales tentent de vivre selon un modèle social traditionnel, avec toutefois quelques échecs – bien cachés afin de sauvegarder les apparences et éviter le scandale !

L’une des cellules par exemple a deux enfants. Ils vont dans un collège religieux jésuite. L’un des enfants est pétri de problèmes psychiatriques de type schizophrène et paranoïaque, il a de gros problèmes comportementaux et se trouve en situation de grave échec scolaire. Alors que son petit frère est tout l’inverse : élève brillant, intelligent, bien dans sa peau et sage comme une image – mais voilà, celui-ci est adopté, alors que l’autre est un enfant naturel… Cette famille cache un secret, un drame familial : la copine de l’enfant à problèmes, une jeune fille plus jeune encore que lui, du même genre de milieu, est enceinte – et c’est très certainement lui le père ! Afin d’éviter le scandale la chose s’est réglée entre familles et ne doit pas en sortir…

Dans la même branche, le grand-père est également assez caricatural – il y en a toujours un dans ces familles : vieil anarchiste de gauche, anti fasciste et anti-clérical, mais aussi débonnaire et chaleureux, assez malicieux. Il n’a pas coupé les ponts avec sa famille traditionaliste, bien au contraire : il aime à se poser comme le trublion, le grain de sable, mais au fond de lui il adore sa famille et ne pourrait pas s’en passer !

Dans une autre branche, le demi-frère du précédent mais beaucoup plus jeune est, lui, un riche dandy, adepte d’un certain hédonisme mais sans réelle idéologie. Bon vivant, il aime jouir de la vie. Il a causé un grand scandale dans la famille en se mariant avec une femme noire africaine, mais ce n’était pas du tout par idéologie : juste qu’ils s’aimaient et se foutaient pas mal du « qu’en dira-t-on » ! Amateur d’art il est aussi collectionneur. Notamment il tient une grande collection, probablement l’une des plus complète au monde, d’un goût très particulier : il s’agit d’objets, représentations et photographie érotiques provenant des toutes les époques humaines !

Un jeune neveu du précédent est lui aussi haut en couleur : ses parents sont bien plus modestes, lui-même est en échec scolaire et apprenti technicien de surface… mais il fait preuve d’une qualité étonnante : il est particulièrement brillant au jeu d’échec, jouant en club et remportant régulièrement des compétitions de haut niveau !


L’exercice a été très amusant et très collectif, menant à beaucoup de discussions et d’éclats de rire 🙂 Il a été difficile de faire respecter la règle « cohérence et vraisemblance », tant certains avaient tendance à vouloir partir dans des caricatures parfois délirantes 🙂

Je ne sais pas encore précisément quelle suite donner à l’exercice, mais il y a clairement là un terreau à histoires étonnant qu’il serait bête de laisser passer! Peut-être y trouverons nous l’inspiration pour le scénario du prochain film de l’atelier?

A part ça, quelques nouvelles:

  • Demain vendredi 23 notre film « la clé des âmes », réalisé en 48h, sera diffusé au cinéma Grand Action à Paris (5 rue des écoles dans le 5ième) à 19h. Si vous êtes dans le coin n’hésitez pas à passer! Vous pourrez voter pour lui après la séance, pour le prix du public.
  • Un grand merci au généreux donateur (il se reconnaîtra!) d’un projecteur LED à température variable. Il a servi pas plus tard qu’aujourd’hui pour éclairer une scène d’interview pour le making-of de nos dernières 48h film projects!
  • Nous avons filmé dimanche dernier l’après-midi Irlandaise à Montagny-en-Vexin, un très sympathique événement organisé par l’ACAM: chants, danses, Irish Cofee et délicieux gâteaux Irlandais étaient au programme! Voici quelques photos de l’événement pour terminer cet article, en attendant le montage de la vidéo!

CDA-00088 CDA-00082 CDA-00079 CDA-00078 CDA-00075 CDA-00074 CDA-00067 CDA-00063 CDA-00058 CDA-00043 CDA-00030 CDA-00029 CDA-00028 CDA-00025 CDA-00024 CDA-00023 CDA-00022 CDA-00021 CDA-00019 CDA-00018 CDA-00017 CDA-00016 CDA-00014 CDA-00012 CDA-00009 CDA-00004 CDA-00003 CDA-00002 CDA-00001

Publicités