Oui, Cinémacam c’est aussi un peu d’informatique! 🙂 Pour effectuer des montages dans de bonnes conditions, il faut bien configurer son ordinateur… Du coup cet article sera assez technique, vous êtes prévenu!

A Cinémacam on n’a pas assez d’argent pour s’en acheter un, on utilise donc le mien. Jusqu’à présent il était configuré, je dois l’avouer, un peu au petit bonheur la chance et sans réelle optimisation pour la vidéo. Et puis j’ai eu un gros crash en rentrant de vacances… comme il en arrive parfois! Les rushs et projets Cinémacam sont saufs, rassurez-vous. Je n’ai perdu que des données personnelles.

comique-920

Au final, j’ai réinstallé l’ensemble de mon système. Pour l’occasion mon PC a reçu et va recevoir un peu de matériel en plus:

– un disque SSD de 250 GB que j’ai acheté moi-même

Samsung SSD 840 EVO angle

– 4 disques SATA – 2 de 500 GB et 2 de 250 GB – qui sont un cadeau d’un généreux donateur, merci à lui!

– si ma banque m’autorise une suspension temporaire de remboursement (on fait ce qu’on peut :-D), je lui ajouterais un peu de RAM en plus, voire une carte vidéo d’occasion et pas chère mais qui sera toujours mieux que la vieille Radeon pas très en forme que j’ai depuis 2009.

Du coup je me suis intéressé de plus prêt à l’optimisation de la machine pour le montage vidéo!

Funny_Pictures_8497

 

Processeur

C’est le cœur de la machine! C’est lui qui est chargé de l’ensemble des calculs. En fait de nos jours les meilleurs processeurs ont même plusieurs coeurs qui calculent en parallèle. Un logiciel comme Adobe Première pro CS6, celui qu’on utilise, sait correctement exploiter ce genre de processeur – il est donc bon d’utiliser ce genre de matériel. Mon processeur est un Intel Core i7 860 qui dispose de 4 coeurs, ce qui commence à être pas mal du tout pour du montage amateur (a noter qu’il existe aujourd’hui des bêtes de course qui ont plusieurs dizaines de coeurs mais c’est très cher et utilisé uniquement en milieu professionnel).

1369830052-coeur-1

 

Carte mère

C’est le corps de la machine: elle porte tous les éléments (dans le sens où c’est sur elle que tout est branché, processeur, mémoire, carte graphique…). De nos jours pas beaucoup de différences entre les modèles existants, c’est plus une question de praticité (par exemple le nombre de matériel qu’on peut brancher dessus) qu’autre chose. Ma carte est une Asus Maximus Formula III, un peu vieillotte mais qui tient la route. Elle a toutefois ses limites, comme la mémoire: pas plus de 4 barettes de 4 Gb, donc 16 GB maximum au total. Celà dit, pour un usage amateur, c’est largement suffisant.

asusmaximums_full

Mémoire vive (ou RAM)

C’est la mémoire immédiate, utilisée pour les calculs et l’affichage des images. Le traitement vidéo en est TRES gourmand. Elles se présentent sous forme de barettes enfichables dans la carte mère, et qui vont toujours par deux (vocabulaire: deux barettes = un canal). Ma carte mère supporte deux cannaux (donc 4 barette) de 4 GB maximum chaque, soit 16 GB en tout. Bien sûr il existe des mémoire de qualité différente (vitesse d’accès…). Pour le moment j’ai 8 GB (4×2 GB) mais j’envisage de passer à 16 (4×4 GB), justement, car on commence à se sentir à l’étroit avec des montages comme le clip vidéo Breizh Amazir avec beaucoup de traitement d’image…

 

Carte Graphique

La plupart des cartes graphiques sont équipées de ce qu’on nomme un GPU, qui est un processeur un peu comme celui de l’ordinateur mais pas aussi performant et surtout pas utilisé de la même façon – essentiellement pour l’affichage graphique. Depuis quelques années Adobe première est capable de déléguer une partie de son traitement au GPU (grâce à des technologies aux doux noms de Cuda et OpenCL), ce qui accélère donc le processus global. Malheureusement ma carte graphique est trop vieille pour ça – elle date de 2009! Celà dit, des cartes plus toutes neuves mais néanmoins bien meilleurs que la mienne se trouvent en vente d’occasion pour moins de 100 euros, il est donc possible que je fasse l’acquisition d’une d’entre elles.

ati

Disques durs

Là, ça devient plus intéressant 🙂 Le traitement vidéo est très gourmand en disque, non seulement pour occuper de la place mais également pour travailler. Adobe Première gère beaucoup de fichiers pendant le montage: les sources (rushes), un cache sous forme de base de données avec des informations permettant de d’accéder plus rapidement aux vidéos, des vidéos (et sons) de prévisualisation générée quand les traitement sont lourd, divers fichier contenant les configurations du projet et bien sûr les fichiers exportés (résultats du montage). Il accède très souvent à ces fichiers, en lecture ou écriture selon les cas.

Les disques actuels sont tous assez rapides quand ils tournent normallement: il n’y plus de problème de débit pour la vidéo (sauf si on travaille en 4K, mais nous on se contente de HD). Ce qui est crucial, par contre, est le temps d’accès aux données. Les disques a technologie SSD sont très bien à ce niveau pour les fichiers les plus utilisés: le cache et les ficiers sources (rushes). L’idéal est de n’utiliser que des SSD mais leur prix rapporté à la capacité est prohibitif… Pour les autres types de fichiers on utilisera donc des disques classiques, mais pour un meilleurs temps d’accès (=éviter que la tête de lecture fasse sans arrêt des aller/retour) il est conseillé de mettre chaque type de fichier sur un disque différent (ce que permet Adobe). Il est également conseillé de mettre les fichiers système régulièrement utilisés par le système d’exploitation sur un disque à part. Et bien sûr, ne pas faire autre chose en parallèle d’un montage, du moins rien qui soit gourmand en disque ou en mémoire…

59695-disques-durs-ssd
Après des recherches et prises de conseil, voici la répartition que je vais probalement mettre en place sur mon PC, pour Cinémacam:

– SSD (250 Gb): Windows et applications sur 100 GB, sources (rushes) et cache Adobe sur 150 GB
– Sata 1 (250 Gb): Fichier de Pagination et fichiers temporaires de Windows
– Sata 2 (250 Gb): Fichiers projets
– Sata 3 (500 Gb): Fichiers de prévisualisations
– Sata 4 (500 Gb): Disque pour l’export des vidéos

Cette répartition sera temporaire pour chaque projet.

Le dérushage se fera sur les disques USB externes, comme on le fait aujourd’hui.
Une fois effectué, nous copierons les rushs utiles (et seulement ceux là) sur le SSD
Nous travaillerons avec la répartition décrite ci-dessus, avec des sauvegarde régulières vers les disques USB
Une fois terminé, les fichiers temporaires (au moins ceux du SSD) seront supprimés pour laisser la place au projet suivant.

Pour ceux qui connaissent un peu l’informatique, le RAID 0, que j’avais dabord envisagé, est en fait inutilement dangereux (risque double de perte de données) pour un gain très relatif en traitement vidéo. En effet le RAID0 améliore le débit des disques mais pas leur temps d’accès, or comme on a vu c’est ça qui fait la différence…

future_computer_repair_man.jpg_1286405186

 

 

Publicités